• Random Quote

    “The stupidity of people comes from having an answer for everything. The wisdom of the novel comes from having a question for everything.”

    — Milan Kundera

La lutte des classes 2.0 : L’argent ne compte plus, mais l’influence, si.

(Temps de lecture : environ 6 min)

Noël 2020.

Suite à la sortie de la PS5 et sa pénurie (curieuse) des stocks juste avant Noël, je ne pouvais pas m’empêcher d’observer que tout le monde n’a pas été logé à la même enseigne…

Certes, il y a eu ceux qui ont pu dégainer rapidement via des pré-commandes ou des bots pour acheter en masse et revendre avec un X2 ou X3 sur ebay… Ceux qui ont acheté à ces prix abusifs… et…

Et les influenceurs...


Curieusement, la quasi totalité des influenceurs ont tous eu leur PS5 avant tout le monde…

Certes, ce n’est pas nouveau et je n’apprends rien.

Payer un influenceur pour communiquer sur son produit a beaucoup plus d’impact qu’une publicité traditionnelle.

Mais je m’interroge sur la situation dans quelques années et sur l’ampleur que pourrait prendre ce phénomène “privilège”.

Un statut social qui se compte en followers

Aujourd’hui, un statut social se définit via un compte en banque, un niveau de vie, un réseau et/ ou un emploi. Et si la disruption de tout ça était en train d’avoir lieu ?

Et si demain, une nouvelle classe sociale voyait le jour ?

Aujourd’hui, en théorie, la haute classe est associée avec privilège. Le privilège d’avoir accès aux biens et services grâce à l’argent et le privilège du temps.

Ces privilèges viennent pour la plupart avec un prix. Donc le levier reste l’argent.

Mais imaginons le cas de figure suivant :

Et si, pour X raisons, Sony ne pouvait produire seulement 100 000 PS5, à qui seraient-ils vendus ?

Vous êtes le CEO de Sony, vous décidez quoi ?

  • Les vendre à un prix supérieur à des “riches privilégiés” ? Afin de générer du CA pour renflouer les comptes

ou

  • Les donner gratuitement à des influenceurs ? Dans l’espoir où ils susciteront l’envie auprès de leurs followers en anticipant des réassorts de stock.

Poussons le vice…

De manière générale, à qui je souhaite vendre mon produit ? A un consommateur lambda ou un consommateur à 100k followers ?

Et si en tant qu’entreprise, j’appliquais une stratégie où je vends en priorité qu’aux influenceurs ?

Poussons plus loin…

Et si je crée un market place digital où seuls les influenceurs au dessous de 100k followers ont accès ? Pour leur offrir (ou leur vendre) les derniers produits et services, des produits exclusifs, les dernières innovations ?

J’applique la même stratégie de marketing pyramidale que les marques de luxe appliquent depuis la nuit des temps :

  • Vendre des produits d’exception et rares à des gens très riche => je valorise mon image de marque et l’identification que font les acheteurs riches en terme de statut social.
  • Vendre des produits peu chers à fabriquer à la masse mais je colle ma marque dessus => je vends en masse au “peuple” qui a l’espoir de gagner en statut social car on voit le logo des riches

Louis Vuitton applique cette stratégie avec perfection de part des sacs à mains ou de la maroquinerie d’exception, mais va vendre des milliards d’exemplaires de lunettes (de vue ou de soleil), de maquillage, parfums… avec la marque Louis Vuitton collé sur le produit.

Rien empêche à n’importe quelle marque d’en faire autant auprès des influenceurs. Et c’est le cas, de plus en plus de marques font appel aux influenceurs, mais plutôt pour des raisons de communication/ publicité VS la valorisation de la marque comme dans le luxe.


Une nouvelle royauté d’ici 30 ans ?

Mais je ne peux pas m’empêcher d’imaginer un futur où l’influenceur devient une sorte de nouvelle royauté de part son pouvoir de vie ou de mort (ou impact positif ou négatif) sur un produit ou un service.

Et de ce fait, le traitement de ne sera pas du tout le même pour un client influenceur comparé à un autre client lambda…

Ce qui va entraîner des rapports à 2 vitesses et donc une frustration grandissante de la part des gens normaux “non-influenceurs”.

  • Est-ce que dans 30 ans, ce phénomène prendra-t-il encore plus de poids dans notre société ?
  • Il y aura-t-il non seulement des privilèges plus prononcés mais à l’inverse, une sorte de ségrégation et/ ou snobisme envers les non-influenceurs ?
  • Verrait-on des émeutes façon gilets-jaunes, black lives matter ou comme celles vécues par le prolétariat envers le patronat au cours du 20ème siècle ?
La PS5 ne doit pas être réservée qu’aux influenceurs !

Notre société connait les méga-influenceurs, les ambassadeurs, les micro-influenceurs, et même les nano-influenceurs, le phénomène ne peut que s’accroître.

Cela vous fait peut-être sourire aujourd’hui, mais qui sait demain ?

Un exemple, imaginez que ça fait 3 mois que vous avez réservé une table dans un restaurant prisé pour fêter un évènement mais quelques heures avant, le restaurant vous annonce que votre table n’est plus disponible et vous apprenez quelques temps plus tard, que c’est Michou qui a pris votre table ? 🤨🤨🤨


Et vous ?

Etes-vous frustré(e) des privilèges des influenceurs ? Pensez-vous que cela va s’atténuer ou se renforcer au point où une nouvelle classe privilégiée verra le jour ?

Je serais curieux de connaître votre avis dans les commentaires ! 😉

  • Damian Hazlewood

    Insatiablement curieux

    Passionné de nouvelles technologies, d'innovation, de comportementalisme, de tout-ce-qui-geek, de concepts, de comédies US/UK (movies + standup), de films/ séries (+ scénarios), de musique, de créativité, et de fooding...

  • Show Comments

You May Also Like

Après “Apple one”, “Apple Life” ?

Et si Apple fournissait tous les services imaginables pour nous soulager de la totalité ...

Effets post-Covid : une opportunité pour les commerces en centre ville ?

Désengorger les villes du tertiaire grâce au télétravail permettra d'optimiser l'expérience du consommateur en ...